Cameroun

Riche par sa nature et ses ressources naturelles, la biodiversité et les écosystèmes du Cameroun sont soumis à des menaces alarmantes qui s'accélèrent. Faisant partie des écosystèmes du bassin du Congo et du golfe de Guinée, le Cameroun possède certaines des zones forestières les plus riches d'Afrique occidentale et centrale, abritant de nombreuses espèces endémiques et menacées et de nombreuses communautés qui dépendent de ces zones comme source de revenus, ressources et moyens de subsistance. Cependant, des décennies d'exploitation des ressources, alimentées par la corruption, ont entraîné une diminution de 4 % une diminution de 4 % de la superficie forestière primaire et une baisse de 5 % du couvert arboré total au cours des 20 dernières années seulement. Avec la chasse effrénée pour la viande de brousse et le commerce illégal d'espèces sauvages, ainsi que la déforestation massive pour l'exploitation forestière, l'agriculture, les plantations, les routes et les mines, le Cameroun est de plus en plus vulnérable au changement climatique. En outre, l'instabilité dans la partie anglophone du pays a mis en danger d'extinction environ 80 % des animaux de la région.

Ebo Forest Is Our Home

La forêt d'Ebo est située à environ 60 km de Douala, la plus grande ville du Cameroun. S'étendant sur 1 500 km², elle constitue l'écosystème le plus intact sur le plan fonctionnel dans la région forestière du golfe de Guinée. En plus d'abriter 40 communautés qui vivent de ses ressources depuis des décennies, elle est considérée comme l'endroit le plus important du Cameroun pour la recherche botanique et abrite une faune diverse et menacée, comme les gorilles, les éléphants de forêt, les singes foreurs et une espèce rare de chimpanzé Nigeria Cameroun, qui est la seule population connue de chimpanzés à casser des noix et à pêcher des termites. La forêt d'Ebo contient également environ 35 millions de tonnes de carbone, ce qui en fait un site d'importance mondiale pour la lutte contre le changement climatique.

La forêt d'Ebo est donc devenue une cible privilégiée pour ses ressources, notamment le bois. En 2020, le gouvernement camerounais a ouvert une partie de la forêt d'Ebo à l'exploitation forestière. Cela aurait non seulement entraîné la perte catastrophique de l'habitat de nombreuses espèces menacées, mais aussi des communautés qui dépendent de la forêt pour leur alimentation, leur eau et leurs médicaments, ainsi que pour l'accès aux importants sites culturels et ancestraux qui s'y trouvent.

Grâce à un tollé mondial et à la couverture médiatique locale et internationale, le décret a été rapidement annulé. Cependant, la menace qui pèse sur Ebo demeure. Sans une couverture médiatique soutenue et un engagement public du gouvernement, elle pourrait rapidement disparaître du radar du public et faire face à de nouvelles menaces.

En mars 2021, WildAid a lancé une campagne médiatique nationale comprenant des vidéos, des panneaux d'affichage et des médias sociaux afin de rallier le public et le soutien politique pour que la forêt d'Ebo ne soit pas exploitée à des fins commerciales et qu'elle permette au contraire une gestion durable de l'utilisation des terres. Notre objectif est d'accroître la sensibilisation aux risques de réouverture d'Ebo à l'exploitation forestière et à d'autres activités destructrices, de fournir aux communautés locales une plateforme pour exprimer leurs points de vue et leur donner une voix pour décider de l'avenir d'Ebo, ainsi que de renforcer le soutien de la population urbaine du Cameroun pour garder la forêt d'Ebo (et d'autres comme elle) protégée.

Campagne sur la viande de brousse

Les populations de pangolins du monde entier sont menacées d'extinction en raison du braconnage effréné pour leur viande et leurs écailles. Alors que la demande en Asie - notamment en Chine et au Vietnam - est à l'origine d'une grande partie de ce commerce, les espèces de pangolins africains sont confrontées à une pression locale et régionale croissante. Chaque année, les chasseurs prélèvent quelque 5 millions de tonnes de gibier sauvage dans le bassin du Congo pour répondre à la demande croissante de viande de brousse dans les villages ruraux et les centres urbains éloignés. Les pangolins sont un choix privilégié pour les consommateurs locaux de viande de brousse, tandis que leurs écailles sont utilisées dans la médecine traditionnelle et les pratiques spirituelles.

Le Cameroun est devenu un pays d'exportation majeur pour le commerce international de pangolins. Ce commerce a déjà un impact sévère sur les populations locales de pangolins, en particulier les pangolins géants, à ventre blanc et à ventre noir. Sans intervention, ces populations pourraient être confrontées à une extinction imminente.

Afin d'assurer leur survie, nous souhaitons réduire de manière drastique la consommation et le commerce de viande et d'écailles de pangolins par le biais d'une campagne de trois ans visant à faire évoluer les comportements individuels et sociétaux vers des pratiques plus durables. L'objectif est d'inspirer un changement permanent dans la consommation et le commerce de pangolins dans cinq grandes villes en contribuant à la compréhension, à la reconnaissance et à l'appréciation de la valeur de la diversité biologique pour la santé des individus, des écosystèmes et de l'économie. Nous aiderons à faire respecter ce changement en renforçant la capacité des organismes locaux chargés de l'application de la loi à mettre en œuvre les lois existantes sur la faune.